top of page

Dr. Vanessa Paloma Duncan-Elbaz 

Associée de Recherche

Université de Cambridge

Biographie

Docteur Vanessa Paloma Elbaz est Chercheuse associée à la Faculté de Musique de l'Université de Cambridge et de Peterhouse, Cambridge ;  Vanessa a été titulaire de diverses bourses de recherche telles que Senior Fulbright Research Scholar au Maroc (2007-2008), Research Associate of the Hadassah Brandeis Institute of Brandeis University (2009-2016) et Research Fellow de l'Institut de la Légation Américaine de Tanger pour les études marocaines (2015-2018). En 2012, elle a fondé KHOYA: Archives Sonores Juives du Maroc, pour collecter, numériser, classer et analyser les enregistrements sonores contemporains et historiques des Juifs marocains. Ses publications portent sur les récits de pouvoir et de transmission ainsi que sur la négociation du statut de minorité et des relations de genre à travers la musique au Maroc. Son doctorat du Centre d’études sur le Moyen-Orient et la Méditerranée de la Sorbonne à l’INALCO sur les « Chants des femmes juives du nord du Maroc : rôle et fonction essentiels d’un répertoire oublié » a reçu les félicitations du jury. Le travail de Vanessa a été soutenu par l’American Institute for Maghrib Studies, la Maurice Amado Foundation, la Righteous Persons Foundation de Steven Spielberg, la Posen Foundation et le California Council for the Humanities, entre autres. Elle fait partie du Conseil académique de l’Institut Hadassah Brandeis pour les études des Juifs et les questions de genres, et est membre du Comité de l’Institut de Musique Juive (JMI, dont le siège se trouve à Sohas, Université de Londres. Ancienne du Early Music Institute de la School of Music (MM) de l'Université d'Indiana et de l'OBU (BM magna cum laude), Vanessa est une musicienne active, ayant joué dans de nombreux festivals à travers le monde et est fréquemment apparue dans des documentaires, à la radio et à la télévision, y compris PBS, France24 et Al Jazeera International.

Recherche

La recherche de Vanessa se concentre sur la simultanéité de l’utilisation et de la réduction au silence des voix juives dans les récits de diversité et de construction identitaire au Maroc et en Espagne au cours du siècle dernier. Vanessa avance la prémisse d’une organisation de la musique au travers de l’empreinte laissée par la stratification raciale institutionnalisée en Espagne et dans sa diaspora après l’expulsion des Juifs et des Musulmans quelques siècles auparavant, qui encode la diversité culturelle et la différence intimement familière au sein des identités nationales de cette région. Elle explore également la manière dont les institutions officielles marocaine, française et espagnole ont raconté ou ignoré la voix de la minorité juive tout au long d’un siècle de recherche et de diplomatie culturelle. S'appuyant sur des travaux d'archives, des histoires orales et des analyses de discours, ses recherches se concentrent sur le rôle que la musique et les musiciens juifs ont joué dans les interactions culturelles coloniales et postcoloniales et comment cela s'est transformé en patrimonialisation actuelle des sons juifs. La forte mobilité des Juifs marocains au siècle dernier, ainsi que leurs multiples affiliations linguistiques et culturelles simultanées, ont créé un environnement qui brouille les tropes officiels d'appartenance et de non-appartenance, et qui est souvent représenté par la musique. Le panarabisme, le nationalisme marocain, la création de l’État d’Israël et, plus récemment, les efforts pour endiguer la radicalisation islamique de la jeunesse marocaine ont eu un impact direct sur la vulgarisation (ou la réduction au silence) des répertoires juifs en tant qu’entité sonique. Le travail de Vanessa théorise la façon dont l'établissement de répertoires du patrimoine juif publiquement acceptés dans la région trans-Gibraltar au cours du siècle dernier suit un modèle soutenu par le discours intellectuel philo-sépharade qui a débuté avant le colonialisme espagnol au Maroc.

Tout en examinant non seulement les représentations officielles des voix des minorités, mais également l'impact des performances de répertoires «  juifs » par des artistes et des militants culturels juifs et non juifs, la recherche de Vanessa décèle l'histoire lente et complexe de la construction des identités nationales à travers musique et enchevêtrement entre recréation et réinvention de la mémoire. Sa monographie est provisoirement intitulée : Besoin de Sons Juifs : Pourquoi le Maroc et l'Espagne Interprètent encore les Chants de leur Minorité Absente.

bottom of page