top of page
MESG Eric Photo.jpg

Eric Petzoldt

Doctorant

Université de Cambridge

Biographie

 

Eric Petzoldt est doctorant à la Faculté de Musique de l'Université de Cambridge dans le cadre du projet de recherche financé par l'ERC « Rencontres musicales passées et actuelles dans le détroit de Gibraltar » (2019-2022). Ses études doctorales sont axées sur le jazz comme moyen de dialogue interculturel et de diplomatie culturelle au Maroc au cours des vingt-cinq dernières années, en s'appuyant sur l'ethnomusicologie, les études de jazz, les relations internationales, les études interculturelles et la pédagogie musicale. S'appuyant sur ses précédents travaux ethnographiques et un stage aux archives sonores KHOYA à Casablanca, il a terminé sa maîtrise en musicologie culturelle et anthropologie sociale et culturelle à l'Université Georg-August de Göttingen, en Allemagne, en 2019, avec une thèse portant sur la participation musicale juive au Maroc et les productions actuelles de musique populaire maghrébine du XXe siècle à Casablanca. Il a étudié à l’Université Hébraïque de Jérusalem (2013-2014) et à l’Université du Pacifique Sud à Suva, aux îles Fidji (2016). Eric est un musicien engagé dans la musique improvisée et les pratiques du jazz, et conduit actuellement la co-coordination des masterclasses du Jazz Studies Collaborative. Il a fondé au Wolfson College of Cambridge le Wolfson Music & Improvisation Workshop, et a animé la première session de cette série continue en Mars 2020.

Recherche

La recherche d’Eric examine la manière dont le dialogue interculturel se joue à travers le jazz au Maroc comme un moyen de nouer des relations culturelles entre Marocains et Européens. Il se concentre sur le rôle des rencontres de jazz euro-marocaines au cours des vingt-cinq dernières années, marquant une période au cours de laquelle le dialogue interculturel a été établi en tant qu'outil officiel des relations culturelles internationales de l'Union Européenne. Depuis la signature de la déclaration de Barcelone en 1995, communément considérée comme le point de départ d'un partenariat euro-méditerranéen renforcé, le Maroc a évolué en tant qu'allié stratégique-clé en Afrique du Nord de l'Union Européenne. Afin d’examiner la manière dont le dialogue interculturel s'est développé à travers le jazz au Maroc de 1995 à nos jours, cette recherche explore le circuit annuel des festivals, qui offre un contexte important pour la production, la réception et l'éducation du jazz au Maroc. Il sonde particulièrement les rencontres musicales passées et présentes entre musiciens européens et marocains au plus ancien festival de jazz européen organisé hors d'Europe, Jazz au Chellah à Rabat, et au Festival International de Jazz d'Agadir, Anmoggar N Jazz, fondé par un ancien directeur de l'Institut Français d'Agadir. En se concentrant sur la facilitation des rencontres jazz euro-marocaines qui ont lieu chaque année au Maroc, Eric examine à la fois le cadre institutionnel fourni par le Maroc, l'Union Européenne et la France, qui permet ces rencontres musicales, et les véritables négociations et rencontres musicales qui ont lieu dans un contexte de création et d'apprentissage du jazz au Maroc. En d'autres termes, il aborde le dialogue interculturel à travers le jazz comme une politique de diplomatie culturelle et de relations culturelles internationales. D'autre part, la recherche considère le dialogue interculturel dans la création musicale comme un processus d'apprentissage collaboratif : comment et d’où provient la pratique du jazz exécutée, apprise et enseignée en dehors des États-Unis d'Amérique? Comment la compréhension interculturelle est-elle créée à travers le jazz dans le contexte de la festivalisation officielle UE-Maroc de la diversité culturelle? Eric s'intéresse particulièrement aux moments d'incompréhension, de désarroi et de conflit, qui brouillent la notion de dialogue interculturel comme un chemin facile vers la réalisation d'objectifs utopiques tels que l'harmonie pacifique, la compréhension mutuelle, le respect, la tolérance et l'égalité de participation. La recherche place les rencontres de jazz euro-marocaines dans un contexte géopolitique et colonial élargi des relations du Maroc avec l’Europe et la France, et propose une analyse de l’efficacité du jazz comme outil de dialogue interculturel.

bottom of page